Uncategorized

Visite au Musée africain de Lyon: A la découverte des pays du Golfe du Bénin

Le week-end dernier, j‘ai visité le Musée africain de Lyon afin d’acquérir une connaissance plus profonde sur les différents aspects de la vie quotidienne, sociale et religieuse de la population en Afrique de l’Ouest. Vu l‘intérêt de notre association, il me parassait naturel de visiter ce musée magnifique d’une histoire déjà assez longue. Il a été fondé en 1863 pour collectioner les différents objets qui aident maintenant à se construire une image des coutumes et de traditions africaines.1

Il est vrai que l‘intérêt de telle institution peut susciter les controverses en raison du contexte de la colonisation. Or, de mon point de vue personel, il s’agit dans ce cas là surtout de l’intérêt de découvrir et de servir aux buts très positifs tel que la compréhension du continent africain afin d’approfondir la tolérance et le respect envers les traditions uniques de sa population.

D’ailleurs, aujourd’hui cet intérêt subsiste ets’approfondit. C’est un musée qui peut nous servir à établir un dialogue et un échange interculturel avec le continent africain et nous permet de parvenir à une collaboration mutuellement très enrichissante. En plus, du point de vue de notre association, ce lieu des échanges peut également permettre d’informer avec plus d’efficacité de problèmes réels et concrets et offrir de meilleurs moyens pour les résoudre.

Concernant l’exposition, il était très intéressant de voir les objets traditionnels particuliers pour chaque des tribus avec leur histoire et fonctions spéciales. Voilà quelques uns, surtout provennant du Togo.
Sur le photo ci-dessous, on voit des statuts de jumeaux Ibeji. En effet, selon la tradition africaine, les jumeux doivent être traités de manière égale. Ainsi, si un des jumeaux meurt en bas âge, sa mère rend à cette statuette les même soins corporels qu’au jumeau survivant. Si les deux jumeaux sont representés ensemble, cela signifie que les deux sont morts.

2

Sur l’image suivante, on voit les statues du culte Botcho. Il proviennent probablement d‘autels villegois consacrés au Vodun, protecteur des lieux publics.3
Les autres objets collectionés ont des histoires également très intéressants, dans le premier étage, on trouve la vie quotidienne, au deuxième se trouvents les objets de la vie sociale et au troisième puis les objets liés à la religion.

C’est surtout là qu’on peut trover les fameuses masques rituelles dont on connaît l’apparence mais non pas leurs histoire et signification. Par example cette masque bonu-amwin de Côte d’Ivoire dont l’histoire est donc à vous de découvrir.4
Pour moi, la visite de Musée africain de Lyon a été une expérience très enrichissante et je conseille vivement de le visiter.

5

Karolína Lískovcová

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s