Sénégal 2014

1 MOIS – 4 PERSONNES – 1 VILLAGE – 150 ÉLÈVES

0001

           Les efforts consacrés à la réalisation du projet pendant l’année scolaire 2013/2014 ont abouti au mois d’août 2014 au départ de quatre membres du projet – Anna Laura Magyarlaki, Karol Luczka, Sergueï Tchernavin et Zuzana Slabakova.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La mission s’est déroulée au village de Kounoune au Sénégal. L’école locale dans laquelle notre équipe a enseigné des enfants entre 9 et 13 ans a été créée en octobre 1985 avec un effectif initial de 61 élèves. Au moment de notre arrivée, l’école accueillait 680 élèves. Nous étions censés d’accompagner 150 entre eux et cela notamment dans la lecture, les langues vivantes comme le français et l’anglais, l´histoire sénégalaise ou les mathématiques. Cela devait permettre aux élèves très motivés de se mieux préparer à l´entrée au collège. Les circonstances inattendues ont cependant accéléré cette dynamique.

0002

0003

.

.
.

Les élèves ont eu l’occasion de faire l’expérience d‘une approche différente de l’enseignement, celle appliquée en Europe et notre équipe a acquis des compétences qu’il n’avait même pas envisagé.

.

.

0004

A part les exercices classiques extraits des manuels scolaires, les devinettes mathématiques et de nombreux jeux collectifs en anglais que nous avons organisé ont rendu les cours plus qu’intéressants. Ils ont même donné envie à apprendre à ceux qui ne sont pas toujours les premiers à courir à l’école le 1er septembre.

        Ce projet a été également très profitable dans le domaine informatique, autant pour les élèves que pour les enseignants. Les élèves ont eu la possibilité de participer à l’atelier informatique où certains ont été amenés pour la première fois à utiliser internet. De même, les enseignants ont eu l’occasion de profiter du savoir-faire et des connaissances des étudiants européens dans ce domaine.
Considérant que le côté purement pédagogique n’est pas le plus important, notre équipe a mis en place de nombreuses activités extrascolaires :
– sportives à l’instar des matches de foot entre les classes ou des courses de vitesse,
– artistiques via des différents ateliers thématiques,
– mais également des sorties – au zoo de Hann de Dakar et une excursion à l’île de Gorée qui avait servi pendant plus de trois siècles du point de transfert des esclaves africains vers les Amériques.

De plus, l’école avait permis une visite de la plupart des monuments à Dakar et à Rufisque, notamment le monument de la Renaissance africaine, ce qui représente les stigmates des erreurs de la colonisation et de la décolonisation rapide et se réfère a une image assez pertinente de l’identité que souhaite se doter le Sénégal.

Une fête culturelle pendant laquelle une quinzaine de Sénégalaises ont montré les danses traditionnelles, des débats hebdomadaires auxquels ont participé des notables du villages ainsi que des jeunes de tout âge ou encore les professeurs, un repas « européen » et des présentations de la culture européenne ont permis de mettre en place un véritable échange culturel que les concernés n’oublieront jamais.

0005 0006 0007

 00090008

 00120011

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s